Violoncelliste depuis mon enfance, je pratique la photographie en musicien cherchant à évoquer le ressenti face à la matière la plus poétique qui soit, la lumière.

 La facilité apparente avec laquelle se livre le monde me pousse à l'essentiel, saisir ce qui est intensément humain, tenter d'écouter ce qui est secret, rendre visible l'indicible, l'ombre des rêves, la grâce des secondes...

Ces coupures dans l’espace et dans le temps, discrètes et nobles, chargées de silence, sont un langage intense. Ce langage photographique est une écriture du non-dit, un creuset rempli de toutes les sensations, le visuel, lieu commun du merveilleux, n’étant qu’un intermédiaire avec l’âme.

Après une formation d'histoire de l'art et un BTS technique en photographie à Metz auprès de Jean Luc Tartarin, j'obtiens une commande du Conseil Général de l'Ain au service du patrimoine des Pays de l'Ain puis je suis salarié du service de l'inventaire général des DRAC Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne et Rhône-Alpes.

Je collabore avec plusieurs musées de la région Rhône Alpes Auvergne. Fidèle à l' éthique d'une lumière naturelle et subtile, je me spécialise dans le patrimoine, avec le désir constant  de traduire avec rigueur l'authenticité et la force des oeuvres d'arts.

En 2009, Valentin Erben, violoncelliste international et directeur artistique du festival " Les Musicales d'Orient ", près de Troyes, me confie la création d'un spectacle pour mettre en image sa transcription pour violoncelle seul de l'Apprenti sorcier de Paul Dukas sur un poème de Goethe.

Je dirige une résidence artistique et éducative à la Ricamarie en 2010 aboutissant sur une exposition et une publication «  Ecritures de lumière ». Je témoigne, avec le concours de Nathalie Betry ethnologue, du déménagement de l'Hôpital de Bourgoin Jallieu Pierre Oudot en 2011, avec une exposition dans le nouvel hôpital et au musée, dans le cadre du dispositif culture et santé. Je suis missionné par la communauté de communes Loire Semène pour concevoir, avec Georges Bruchet, l'exposition permanente du musée de la faulx à Pont Salomon «  L'âme rouillée » en 2012.

Le musée d'Estivareilles publie un ouvrage sur la résistance dans le Forez et me demande de porter mon regard sur des paysages historiques, redonnant une identité et une mémoire aux paysages oubliés de la résistance.

Je publie un important ouvrage aux éditions Faton sur l'Auvergne Romane et travaille pendant une année sur l'ouverture d'un centre d'interprétation du patrimoine à Trevoux pour la communauté de communes Saone Vallée, espace permanent d'ouverture au public de mise en valeur du patrimoine paysager  et architectural  intitulé « carré patrimoines » au centre culturel « La passerelle ».

J'enseigne à la faculté de lettres et sciences humaines à Clermont Ferrand en licence culture et patrimoine depuis 2009. Parallèlement, J'anime des ateliers de photographie en milieu pénitentiaire à la maison d'arrêt de la Talaudière depuis 2004, puis au centre de détention de Roanne à la demande du SPIP de la Loire. L'objectif de ces ateliers étant de redécouvrir le portrait, par le travail de la lumière sur des natures mortes. Je propose un univers hors du temps de la peine, pression permanente de déconstruction. Les choix artistiques trouvent une place dans l'histoire de chacun et participent à regagner une estime de soi, à être plus autonome face à l'influence des médias, à s'ouvrir à la différence et au respect des autres, et ainsi, donner le goût du singulier à travers l'écriture photographique.

 

 

 

Copyright 2017 © Philippe Hervouet Tous droits réservés.

Ambrotype, collodion humide positif sur verre.

Polaraoïd 55, chambre 4/5 inch, 2002, cyanotype. Hommage à Jacques Cousin.